Catégories
Non classé

Projet – Agro Écologie Amazonienne

Agro-écologie est le terme le plus adapté à la pratique utilisée depuis des millénaires par tous les peuples natifs premiers de la planète Terre. C’est l’art de cultiver et produire ce dont l’être humain a besoin pour s’habiller, se nourrir, se soigner et habiter de façon à optimiser les fonctionnalités offertes par les écosystèmes sans provoquer de déséquilibre environnemental.

L’état de symbiose entre l’être humain et son environnement, c’est respecter le règne végétal en tant qu’auxiliaire de la vie et assumer sa mission de gardien de la vie dans le règne animal. C’est grâce à cette pratique que les natifs ont réussit à garder dans la nature les espèces connues et utilisées aujourd’hui, et à réaliser le plus grand jardin cultivé : la forêt amazonienne.

En 1966, le Cahier des Charges de l’Agro Ecologie Amazonienne a été créé par 44 familles de caboclos ( métis indiens natifs), à Maues dans l’Etat d’Amazonas au Brésil sur plus de 2.500 hectares de forêt.

En moyenne, à chaque 70 hectares de forêt, 25% sont exploitées en agro-écologie. La coopérative Samauma Ltda installée sur 34 hectares en agro-écologie vers Alter do Chao dans l’Etat du Para, vends une partie de l’excédent de consommation de ces familles au Brésil et une petite partie à l’entreprise Française Biodiversiterre dont l’association Esper’Arte est partenaire depuis 2009.

Vous pouvez d’ailleurs trouver l’ensemble des éco-produits sur leur site (guarana de souche sauvage, huiles d’Andiroba, de Copaïba, beurre de Cupuaçu, encens Breu, etc.) dont 5% de leur ventes annuelles sont reversées à l’association.


L’agro-écologie amazonienne se développe sur 3 axes :

  • Préserver l’environnement : agriculture sous couvert forestier, les plantes sont toujours cultivées et ne sont pas arrachées à la forêt.

  • Assurer un commerce équitable, (100 % de plus, au minimum, que le prix du marché, payé sur place aux producteurs) : leur production est alors viable et ils retrouvent une totale indépendance en conservant leur culture traditionnelle.

  • Offrir aux consommateurs un produit d’une qualité inégalée grâce à une sélection rigoureuse et un traitement entièrement traditionnel.

L’objectif de fond est de permettre le maintien des métiers traditionnels respectueux de l’environnement dans des territoires menacés par l’arrivée de nouvelles activités hautement spéculatives : ▪ industries forestières, recherche minière et pétrolière, agriculture intensive (soja, café…), élevage de bétail.

Pour connaître le Cahier de Charges dans son intégralité :


Quelques vidéos vous montrant la région, le peuple, la réalité :

Amazonie : Un documentaire déjà édifiant d’ « une menace nommée soja » (archives RTS 2005) – https://youtu.be/qvYw8kppvAE

Un bilan de la déforestation en 2021 sachant qu’à partir d’octobre 2022, le triste record a déjà été battu… https://www.youtube.com/watch?v=9b3TieDBpUU

7 Vidéos du projet filmé en 2009 et présenté par notre partenaire Nil Monteiro, pilote du projet AEA (nouvelles vidéos prévues en 2023):


Catégories
Non classé

Réserve écologique « Tauari Jatoba »

Projet d’achat participatif de 26 hectares de forêt d’Amazonie prés d’Alter Do Chao dans l’État Du Para au Brésil pour créer la réserve écologique :

« Tauari Jatoba« 

Projet : (mise à jour le 22 février 2023 par Sébastien)

 Préservation d’une zone de forêt primaire Amazonienne de 26 hectares de superficie située à 12 km d’une zone touristique de la ville d’Alter do Chao et 20km de la métropole de Santarem.

Description :

Achat participatif des terres avant déforestation massive et avant aménagement en zone constructible des parcelles en zone métropolitaine. En effet, la municipalité de Santarem, ville de 309 000 habitants installés à l’intersection du fleuve Amazone avec le fleuve Tapajos, veux rendre constructible des centaines d’hectares entre ces deux villes précitées à partir de fin avril 2022.

ALTER DO CHÃO - PA - Acabamos de Voltar - Norte Brasileiro

Alter do Chao, considéré comme « le Caraïbe de l’Amazone » avec ses plages de sable fin et les eaux transparentes du « fleuve-mer  Tapajos » (20km de largeur!) a entraîné beaucoup de touristes ses dernières années, ainsi que de nouveaux habitants (cf. https://www.youtube.com/watch?v=FIbHZAqmRa0 et autres vidéos).

Tourisme à Alter do Chao 2022 : Visiter Alter do Chao, Brésil - Tripadvisor

Un éco-tourisme s’y revendique sous de nombreuses formes pour préserver cette nature exceptionnelle, avec entre autre, cette immense réserve d’eau douce souterraine dit « l’aquifère la plus riche au monde »: une réserve d’eau souterraine qui pourrait alimenter l’humanité entière pendant plus de 300 ans (cf. la https://www.youtube.com/watch?v=cw5E3fvIFPs ), extraordinaire!

Parallèlement, au nord, la ville de Santarem (17898km2) s’agrandit vers le sud pour faire de nouveaux quartiers et d’autres zones de forêt vierge sont également rasées chaque mois aux profits de l’agro industrie du soja qui se propage rapidement (pour rappel la France importe chaque année 400 millions de tonnes de soja transgénique pour nourrir son bétail ; par exemple, sur 10 cochons élevés en France, 9 sont élevés en élevage intensifs et plus de la moitié en consomment !).

Dans le cas de cette parcelle dénommée « Tauari Jatoba » de 26 hectares de forêt primaire (dont plus de la moitié des arbres n’ont jamais été coupés), elle se trouve sur une zone de Santarem qui va bientôt devenir constructible, et pour l’heure, elle est possédée par un propriétaire qui met en vente le lot à 390 000 Rs soit à peu près 75 000€ (taux de change et transfert actuel inclus) en donnant la priorité de l’achat de l’intégralité du lot indivisible à son voisin Mr Nil Monteiro, gérant de la société Brésilienne Samauma Ltda. qui possède 34 hectares* de forêt où est implanté le projet Agro Ecologie Amazonien (cf. rectangle jaune sur la prochaine photo).

Pour éviter une perte quasi totale de la biodiversité de ces zones (cf. liste biodiversité plus bas), l’entreprise Française Biodiversiterre ainsi que l’association Esper’Arte, toutes deux distributrices depuis 15 ans des éco-produits issus de l’Agro Ecologie Amazonienne de l’entreprise Brésilienne Samauma ltda  souhaitent, avec l’aide de cette dernière, acquérir cette parcelle de 26 hectares de forêt (cf. dans le rectangle rouge sur la prochaine photo), dans le but d’y préserver la biodiversité végétale et animale en la transformant en réserve écologique et parc forestier et y pratiquer l’Agro Écologie Amazonienne.

Pour l’instant, Mr Nil Monteiro peut avoir 31 000€ sur les 75 000€ ce qui équivaut à 10 hectares.

Neuf mois après l’édition de cet article, plusieurs personnes se sont mobilisées pour acheter les 16 hectares de parcelles (où donner, obrigado !) et ainsi acquérir ce lot à ce propriétaire (qui nous a donné jusqu’à fin novembre pour régler la totalité !):

Les Sébastiens, Margot, Julie, Bastien, Tania, Gilou, Raïssa, Vera, Carlinho, Christelle, les Violette, Mariza, Vivien, Alexandre, Patrick, Jean Marc, Anthony, Gwen, Thomas, Capucine, Sylvie et Matice!

En ce début d’année 2023, nous mettons à jour les titres de propriétés (démarches administratives ralenties par la période des fêtes et le passage au pouvoir du nouveau président Lula ) et la coopérative Samauma met en vente 5 hectares de ses parcelles (à 5000eur /l’hectare,  viabilisés) pour intégrer de nouvelles personnes et financer le début des projets décrits à continuation!

Nous faisons toujours appel à vous pour :

– soit faire un don qui servira à protéger ce biotope si riche (nous contacter pour le rib).

– et/ou soit acheter un produit sur www.biodiversiterre.fr pour que nous investissions une partie du bénéfice dans ce projet.

– et/ou soit de remplir un contrat de prêt pour nous prêter cette somme ou une partie, qui fixera les délais de remboursement et les avantages en nature donnés à ces préteurs suivant la somme prêtée ; cf. contrat de prêt. (nous contacter)

– et/ou soit, remplir un contrat d’acquisition de terres en vue de protéger ces espaces avec possibilité à terme, la construction* d’habitations écologiques (*sur la partie gauche du rectangle jaune de la photo) et ce, réglementé à hauteur de 25 % maximum de la superficie achetée (par exemple, sur un hectare soit 10 000m2 acheté 5260€, frais de transfert d’argent et de titre de propriété inclus, 2500m2 de terrain maximum seront autorisés à être aménagés en vue de construire des habitations écologiques et jardins en agro-écologie) avec une clause de non spéculation et mise à disposition du terrain pour visites écologiques de la réserve et autres clauses particulières nécessaires à la pérennité de la réserve; cf. contrat de vente (nous contacter).

Nous devons continuer d’agir pour mettre en place les projets, et nous sommes sur la bonne voie !!!

Sur ces 26 hectares de forêt primaire, soit 260 000m2 (ainsi que sur la coopérative voisine de 34 hectares) se trouvent d’innombrables animaux, plantes et arbres centenaires à protéger et à valoriser, et les projets potentiels à développer qui en découlent sont nombreux :

– créer « la Réserve écologique Tauari Jatoba » pour valoriser cette riche biodiversité qui s’y trouve. En effet, en plus d’innombrables espèces végétales, les animaux fuyant les zones construites et/ou déboisées suite à l’agro industrie qui commencent à s’implanter dans la région se concentrent sur ces terres comme un refuge (cf. liste biodiversité à la suite). L’idée est de garder la forêt sauvage le plus possible pour cohabiter et comme lieu d’observation et d’étude de cette faune et flore ouvert au public (sentiers minimums et construction de cabanes d’observation dans les arbres).

– sur +/- 90 000m2 soit les 9 hectares des parcelles qui sont les moins boisées (à gauche du rectangle rouge et dans les quelques clairières du rectangle jaune), un autre projet est d’aménager à hauteur de 25 % maximum certaines parcelles choisies, soit un total maximum de 22 500 m2 pour réaliser plusieurs éco habitats individuels et professionnels ( éco habitations individuelles/éco gites à louer, jardins agroécologiques, parcours forestier et tyrolienne, cabanes d’observation de la faune dans les arbres, structures d’accueil du parcours de la réserve/école de la faune et la flore locale et de l’agroécologie Amazonienne…). A terme, ces activités seront créatrices d’emploi et de revenus.

– y intégrer également le projet AEA (label agro écologie amazonien créé en 1996) qui consiste à: récolter des plantes sauvages et des fruits déjà plantés ainsi qu’à planter d’autres espèces en complémentarité et synergie tel que pratiqué en agro-écologie pour ensuite les transformer en éco produits (dans le centre AEA de la coopérative déjà existant dans le rectangle jaune, mis aux normes pour la transformation et l’emballage) et les vendre dans les écoles voisines pour une partie. Pour l’autre les intégrer dans le réseau de distribution-vente établi au Brésil par Samauma ltda et en France via Biodiversiterre prochainement par voilier. Enfin former le public sur de l’Agro Ecologie Amazonienne (outil indispensable et millénaire pour cohabiter et valoriser ses biotopes): en créant une école sur place où les écoles voisines et autres structures, mais aussi les touristes Brésiliens ou autres, particuliers comme professionnels pourraient échanger et se former sur ces spécificités millénaires.

– constituer ultérieurement une réserve financière participative pour élargir la réserve écologique en achetant des terres attenantes dés que celles ci seraient mises en vente (avant qu’elles soient vendues à un grand propriétaire qui rasera tout pour planter du soja OGM ou pour des lotissements…).

L’association Esper’Arte, depuis 2005 militante dans l’économie solidaire (dont l’appui au projet AEA) se structure actuellement pour constituer un compte bancaire Nef dédié et gérer cette partie pour permettre au plus grand nombre de participer et d’être informé des réalités du terrain.

NOUS CONTACTER SI INTÉRESSÉ(E) !!!

(Sébastien 0663453640)

Liste de la biodiversité des espèces animales et végétales de la réserve écologique Tauari Jatobá

1,2,3 Singes (Macacos), Oiseaux (Aves) et Animaux diverses : 

Macaco da mão amarela Tucano do bico amarelo

Macaco zogue zogue Tucano do bico preto

Macaco chuim Pica Pau

Macaco prego Periquito

Macaco quata Papagaio

Macaco sagui inambu

Macaco quati/quatipuru Curio

Etc… Benti vi

juruti

coroca

gavião

Paca Coruja

Tatu Urutai

Tatu rabo de couro Arara

Tatu canastra Jacu açu

Cutia mirim Jacu mirim

Porco catitu japiim

Mucura Perema

Cutião mutum

Tamandua mirim Ticuam

Tamandua colete etc…..

Preguiça real

Preguiça bentina

Veado vermelho

Veado roxo

Porco espinho

Cachorro do mato

Raposa

Gato maracaja

Gato do mato

Etc…….

4_ Serpents : 6_Araignés diverses

Surucucu 7 Coléoptères diverses

Coral 8_ Fourmis diverses Pico de jaca Insectes diverses Caninana 9_Papillons diverses …

Cascavel

Giboia

Jararaca

5 Abeilles

Uruçu amarela

Tucano amarela

Tucano preta

Jandaira

Mosquito

Jatai

Manda saia

Etc…

10_ Espèces végétales :

10.0 itaúba 10.2 Jarana 10.3 Espinheira santa 10.4 uculba 10.5 Sacaca 10.6 Jutai/jatoba 10.7Acapu 10.8Quina quina 10.9Tabereba 10.10 castanheira 10.11 piquia 10.12 ipê 10.13 imbaua 10.14 açai 10.15 abacaba

10.16 cipó guaraná 10.17 cipó titica 10.18 cipó taracua 10.19 cipó escada de jabuti

10.20 cuiaraneira 10,21 maracujá selvagem 10.21 cutite 10.22 pau verônica

10.23 pau preto 10.24 pau amarelo 10.25 curua 10.25 Pataua 10.26 cumaru

10.27 Andiroba 10.28 Angelim 10.29 Parapara 10.30 goiabarana

10.31 Jarana 10.32 tabari 10.33 tabari 10.34 ita pirica 10.35 tachi

10.36 cupurana 10.37sucupira 10.38 copaíba 10.39 João Brandinho

10.40 Samauma 10.41 copim cheiroso 10.42 ingá cipo 10.43 ingá xixico

10.44 ingá chinelo 10.45 cupuaçu 10.46 Pajura 10.47 pupunha

10.48 coqueiro 10.49 pião branco 10.50 urucum 10.51 mamão

10.52 maracuja 10.53 girimum 10.54 acerola 10,55 macaxeira

10.56 bananeira 10.57 baneira roxa etc………

11_Lézards (Largatos):

Jacuraru

Camaelão , Etc…

Un majestueux Samauma!
A 12 km se trouvent des plages justes magnifiques au bord du « fleuve-mer » Tapajos.

En janvier et février 2023, Sébastien Cabau, membre fondateur de l’association, a voyagé sur place pour faire un état des lieux et ramener quelques images:

Le « viveiro » de la coopérative où naissent les futures plantes et arbres qui seront plantés dans l’ensemble du parc forestier Tauari Jatobà en fonction des synergies et de la lune.

Les vues aériennes de la vidéo suivante englobent la quasi totalité des 26 hectares achetés à savoir une parcelle représentée par un rectangle de 230m de côté (coté route) sur 2000m de longueur qui se fini par un côté opposé de 40m de largeur à l’Est tel que représentée sur le plan global:

Vue aérienne des 26 hectares achetés côté ouest (route).

Vidéo:

Filmée avec un drone (d’autres vidéos de meilleure qualité sont à venir)

Un Tauari, arbre d’une trentaine de mètres qui pousse à de nombreux endroit dans le parc!

Une clairière partie coopérative où cohabitent des bananiers, du manioc, du guarana, du curcuma, du cupuaçu, du vétiver, de l’açaï et autres espèces plantées par Nil, Isaïs et Ruan il y a moins de 2 ans.

Nil Monteiro récolte du curcuma.
Deux plantes de guarana de souche sauvage (en fond un réservoir d’eau alimenté par une pompe à eau située dans un puits creusé à plus de 50m de profondeur).

Des graines de Jarana qui s’apparente à l’Andiroba.
Nil récolte du curcuma.
Le début de la « trilha »: un sentier qui sillonne le Parc sur presque 5km en forme de U.
Nil récolte de la spiruline fraîche en la filtrant.
Alter do Chao et ses alentours sont des territoires des indigènes Borari. Les élèves de l’école vont se déplacer sur la coopérative Samauma du Parc Tauari Jatobá pour compléter leur apprentissage. Partenariat et reconnaissance!
Carimbo tous les jeudi soir à Alter do Chao! 😍